Al-Mi'raj et la Wilaya d'Ali

mi'raj

 

L 'Ascension céleste du Prophète et la Walaya de ‘Ali

D'après les versions duodécimaines du récit de mi'raj ; Muhammad est mis en présence de 'Ali, d'une façon ou d'une autre, à toutes les étapes importantes de son voyage nocturne et de son ascension céleste. Le principal but en est la révélation à Muhammad de l'identité de son successeur en la personne de 'Ali, conformément à la décision divine. Cette révélation est d'abord inscrite dans les hauts lieux sacrés que visite le Prophète lors de son expérience.

Lors de mon voyage nocturne vers le ciel, raconte Muhammad à sa fille Fatima, j'ai vu inscrit sur le Rocher de Jérusalem :  Il n'y a de dieu sauf Dieu, Muhammad est l'envoyé de Dieu ; Je l'aide grâce à son lieutenant et Je le défends grâce à son lieutenant ; j'ai demandé alors à Gabriel : qui est mon lieutenant ? Il répondit : 'Ali b. Abi Talib. Et lorsque je suis parvenu au Lotus de la Limite (sidrat al-muntaha), j'y ai vu inscrit : « Je suis Dieu, il n'y a de dieu sauf Moi seul, Muhammad est Mon élu parmi Mes créatures, Je l'aide grâce à son lieutenant et Je le défends grâce à son lieutenant. » J'ai posé alors la même question à Gabriel et il m'a répondu la même chose. Lorsque j'ai dépassé le Lotus et suis parvenu au Trône ('arsh) du Seigneur des mondes, j'ai vu inscrit sur chacun des pieds du Trône : « Je suis Dieu il n'y a de dieu sauf Moi, Muhammad est Mon ami, Je J'aide grâce à son lieutenant et Je le défends grâce à son lieutenant. » (Al-Qummi, Tafsir)

D'après une tradition remontant à Ja'far al-Sadiq et relatant le récit d'initiation de Muhammad, pendant le mi'raj ; aux modalités de l'ablution rituelle, de l'adhan et de la prière canonique, le nom de 'Ali en tant que khalifa du Prophète est inscrit sur la fine pellicule blanche qui enveloppe la Demeure Fréquentée (al-bayt al-ma'mur), prototype céleste de la Ka'ba. (Ibn Babuya, 'Ilal al-shara'i)

Selon une tradition imamite, rapportée par le Compagnon Jabir al-Ansâri, Muhammad a vu, lors de la visite du septième ciel, sur chacune des portes de ce ciel, sur chacun des voiles de lumière et sur chacun des piliers du Trône divin, l'inscription suivante : « Il n'y a de dieu sauf Dieu, Muhammad est l'envoyé de Dieu, 'Ali est le commandeur des croyants. » (Ibn Babuya, Amali)

Comme on le sait, Muhammad rencontre au cours de son ascension bon nombre d'anges et de prophètes ; ceux-ci répètent également, de diverses manières selon les différentes traditions, le caractère sacré de la walaya de ‘Ali. Dans la longue tradition concernant l'initiation du Prophète à l'ablution, à l’adhan et à la prière canonique, les anges de chaque ciel demandent à Muhammad de transmettre leur salut à 'Ali, en ajoutant qu'ils ont prêté serment, lors du Pacte prétemporel (mithaq) avec Dieu, de rester fidèle à 'Ali et à sa cause jusqu'au Jour de la Résurrection. (Ibn Babuya, 'Ilal al-shara'i)

Selon une tradition parallèle, remontant à Muhammad al-Bâqir, les anges des différents cieux ainsi que Jésus, Moïse et Abraham, rencontrés au septième ciel, louent la gloire de 'Ali et l'appellent le légataire (wasi) et le calife de Muhammad. (Al-Hilli, Mukbtasar basa'ir al-darajat)

Ailleurs, tous les prophètes antérieurs déclarent que le but ultime de leur mission était la préparation et la proclamation de la nubuwwa de Muhammad et de la walaya de 'Ali et font connaître au Prophète leur propre shahada :

« Nous témoignons qu'il n'y a de dieu sauf Dieu, Il est Seul et n'a pas d'associé, Muhammad est l'Envoyé de Dieu et 'Ali, le légataire de Muhammad, est le commandeur des croyants. » (Furat al-Kufi, Tafsir)

Enfin, à l'étape ultime du mi'râj, lorsque le Prophète se trouve en la Présence divine, Dieu Lui-même parle du rang grandiose de 'Ali. Selon toute une série de traditions, Dieu qualifie 'Ali par une suite de formules en prose assonancée telles que « le commandeur des croyants, le chef des musulmans, le meilleur parmi les meilleurs, le guide des pieux (imam al-muttaqin), l'Abeille-Reine des fidèles (ya'sûb al-mu'minin), le premier successeur du Sceau des prophètes, etc. » (Al-Qummi, Tafsir)

Ailleurs, Dieu loue 'Ali par d'autres formules : l'étendard de la guidance ('alam al-huda), le guide de Mes Amis (imâm awliya'i), la lumière de ceux qui M'obéissent (nür man ata'ani), le défenseur de la religion, etc.

Dans un assez long récit de mi'raj du Prophète, Dieu, après avoir désigné 'Ali comme successeur de ce dernier, déclare qu'Il a tiré le nom de Muhammad de Son propre Nom al-Mahmud et celui de 'Ali de Son Nom al 'Ali (ou al-A'la), et qu'ils procèdent tous les deux de Sa propre Lumière. C'est pourquoi Dieu exige des anges et de tous les habitants des cieux un triple témoignage de foi sur Sa propre unicité, sur la mission de Muhammad et sur la walaya de 'Ali.

Cependant, la walaya de 'Ali ne se réduit pas aux fonctions spirituelles et temporelles du 'Ali terrestre. La walaya est le statut ontologique et cosmique le plus important dans l'économie universelle du sacré et son symbole par excellence, le 'Ali cosmique, tend à se confondre avec Dieu. Certaines traditions, où l'ambiguïté délibérée est à peine voilée par des propos nuancés, en font en effet état.

Mon Seigneur me fit voyager de nuit, dit le Prophète, et Il me révéla par-delà le Voile ce qu'Il me révéla et me dit entre autres : Muhammad ! 'Ali est Le Premier, 'Ali est Le Dernier et Il connaît absolument tout ('ali al-awwal wa 'ali al-akhir wa huwa bi-kulli shay 'in 'alim). Je dis alors : Seigneur! N'es-Tu pas Toi-même tout cela ? Il répondit : Muhammad ! ... Je suis Dieu et il n'y a de dieu si ce n'est Moi ; Je suis Le Premier car il n'y a rien avant Moi. Je suis Le Dernier car il n'y a rien après Moi. Je suis Le Manifeste car il n'y a rien au-dessus de Moi. Je suis Le Caché (al-batin) car il n'y a rien en-dessous de Moi. Je suis Dieu, il n'y a de dieu sauf Moi qui connais absolument tout. Ô Muhammad! 'Ali est le premier car il est le premier parmi les imams à M'avoir prêté serment : il est le dernier car il est le dernier imam de qui Je prendrai l'âme et parce que « l'Être Lourd qui leur parlera » c'est lui (allusion au verset du Coran 27.82 qui selon le Tafsir Chiite concerne le retour de 'Ali sur Terre) ; il est le manifeste car Je lui rends manifeste tout ce que Je te confie, tu n'as donc rien à lui cacher ; il est le caché puisque Je cache en lui le secret que Je te communique. Il n'y a entre toi et Moi aucun secret que Je cacherai de lui. Enfin 'Ali connaît absolument tout ce que J'ai créé de licite et d'illicite » (Al-Saffâr al-Qummi, Basâ'ir sl-darajat)

Selon une autre tradition attribuée au Prophète, Dieu s'adresse à celui-ci en parlant comme 'Ali :

On demanda à l'envoyé de Dieu : En quel langage (lugha) ton Seigneur s'adressa à toi pendant la nuit du mi'raj' ? Il répondit : Il me parla dans le langage de 'Ali au point que je Lui dis : Seigneur ! Est-ce Toi qui me parles ou est-ce 'Ali ? Et il me répondit : Ahmad ! Je suis une Chose (shay) différente des autres choses. Je ne peux pas être comparé aux gens ni être décrit par les choses. Je t'ai créé de Ma Lumière et créé 'Ali de la tienne ; J'ai sondé les profondeurs de ton coeur et n'y ai trouvé rien de plus cher pour toi que 'Ali b. Abi Talib, Alors Je te parle comme le fait 'Ali afin que ton coeur soit rassuré. (Bihar al-anwar, Majlisi)

 

La présence de 'Ali, imam par excellence, dans le ciel ne se résume pas à sa walaya. Il a par exemple dans chaque ciel un château que visite le Prophète lors de son ascension céleste. (Al-Hilli, Mukhtasar)

Au plus haut des mondes saints, Dieu a créé un ange identique à 'Ali, répondant par là au désir des anges qui voulaient avoir la vision constante de 'Ali. Dans un long récit de mi'râj rapporté par Abû Dharr al-Ghifari, il est dit que Muhammad, après avoir entendu l'éloge de 'Ali par les habitants des cieux successifs, aboutit, au terme de son ascension, au septième ciel où les anges terminent ainsi leur discours :

...Nous fîmes part à Dieu de notre désir de voir 'Ali b. Abi Talib et Il créa à notre intention un ange identique à lui [« dans sa forme », fi suratihi) et le fit asseoir à droite du Trône... Toutes les fois que nous désirons voir le 'Ali terrestre, nous regardons son image céleste. (Furat, Tafsir)

Ibn Babuya, rapporte dans ‘Uyun akhbar al-Rida, "que le Prophète vit dans les profondeurs du Trône un ange jouant avec un sabre de lumière exactement comme le fait 'Ali avec Dhu' l-faqar."

Selon al-Karajaki, dans Kanz al-fawa'id, juste en-dessous du Trône, Muhammad rencontra l'ange et lui demanda : « 'Ali ! Es-tu arrivé dans le ciel avant moi ? » Et l’ange Gabriel de lui expliquer qu'il s'agissait d'un ange identique à 'Ali.

Et dans Kanz al-Ommal, le Prophète aurait dit : Lors de mon voyage céleste, à chaque fois que je passais par un groupe d’anges, ils m’interrogeaient sur ‘Ali, au point que j’ai commencé à croire qu’Ali était plus célèbre dans les cieux que moi. Lorsque j’atteignis le quatrième ciel, je vis l’ange de la mort. Celui-ci me demanda : « Ô Muhammed, comment va ‘Ali ? » Je dis : « Ô mon ami, comment connais tu ‘Ali ? » Il répondit : « Ô Muhammed, J’ai la responsabilité de prendre la vie de quiconque Allah a créé, excepté deux êtres qui sont, toi et ‘Ali, car c’est Allah lui-même qui prendra vos vies. » Puis je suis arrivé sous le trône et lorsque j’ai levé les yeux, je vis ‘Ali debout sous le trône de mon Seigneur. J’ai demandé, « Ô Ali, m’as-tu devancé jusqu’ici ? » Alors Gabriel me dit : « Ô Muhammed, à qui parles tu ? » J’ai répondu : « Je parle à mon frère, Ali Ibn Abi Taleb. » Gabriel me dit : « Ô Muhammed, ce n’est pas ‘Ali. C’est un ange qu’Allah a crée à l’image de Ali. Lorsque ‘Ali nous manque, nous (les anges) venons voir cet ange et demandons le pardon d’Allah pour les partisans d’Ali. »

Dans la quasi-totalité des récits imamites de mi'raj ; comme on l'a vu plus haut, Muhammad est confronté, à un moment ou un autre de son voyage céleste, à la walaya de 'Ali et à la grandeur du rang de ce dernier.

« Le Prophète fut cent vingt fois élevé au ciel ; pas une seule fois ne se passa sans que Dieu lui eût confié la walaya de 'Ali et des imams (qui viennent) après celui-ci, bien plus que ce qu'Il lui recommanda au sujet des devoirs canoniques. » (Al-Saffar, Basa'ir ad-darajat)

 

Les mi'raj successifs marquent les différents étapes de l'initiation de Muhammad puisque c'est grâce à eux qu'il apprend progressivement sa propre réalité, le sens de son message prophétique et ses devoirs en tant qu'envoyé de Dieu. Une tradition est, à cet égard, fort significative. Il s'agit d'un commentaire attribué à Ja'far au Coran :

10.94. Et si tu es en doute sur ce que Nous avons fait descendre vers toi, interroge alors ceux qui lisent le Livre révélé avant toi. La vérité certes t´est venue de ton Seigneur: ne sois donc point de ceux qui doutent.

10.95. Et ne sois point de ceux qui traitent de mensonge les versets d´Allah. Tu serais alors du nombre des perdants.

Lorsque l'envoyé de Dieu fut nuitamment élevé au ciel, Dieu lui révéla ce qu'Il voulut lui révéler sur la grandeur et la gloire de 'Ali auprès de Lui-même. Il [i.e, Muhammad ] fut introduit ensuite dans la Demeure Fréquentée où les prophètes furent réunis pour prier derrière lui. (A ce moment) l'esprit de l'envoyé de Dieu fut traversé [par un doute ou une hésitation] à l'égard de l'immensité de ce qui lui était révélé au sujet de 'Ali. Dieu fit alors descendre le verset : « Si tu es dans le doute (shakk) à propos de ce que Nous t'avons révélé, interroge ceux qui ont récité l'Écriture avant toi » [Coran 10.94], c'est-à-dire les prophètes car pour ce qui est son caractère suprême (fadlihi; i.e. de 'Ali) Nous avons fait descendre dans leurs Livres saints ce que Nous avons fait descendre dans ton propre Livre, « C'est bien la Vérité qui t'est venue de ton Seigneur, ne te range donc pas parmi les sceptiques et ne sois pas  de ceux qui dénient les Signes de Dieu sinon tu seras un des perdants" [Coran 10.95] (Al-Qummi, Tafsir)

Conclusion :

Le chiisme duodécimain associe 'Ali et son Imamat tout au long du voyage céleste du Prophète. C'est au cours de ce voyage (où plutôt l'un des 120 voyages nocturnes) qu'une troisième partie de l'attestation de foi, à savoir la reconnaissance de la wilayat de 'Ali, fut rendu obligatoire. Le nom de 'Ali est inscrit sur les plus hauts lieux symboliques des cieux (la demeure peuplée, le trône, les portes du paradis...). Son omniprésence surprend le Prophète à maintes reprises, tout d'abord, la vue de l'ange crée à l'image de 'Ali, puis la similitude des attributs de 'Ali et ceux d'Allah, et enfin la voix d'Allah qui est celle de 'Ali. Dieu promet alors le Paradis à tous ceux qui se soumettront à son Khalifa, et malheur à tous ceux qui oseront renié l'autorité des douze imams et qui usurperont leur droit, car Dieu rendra leurs actions vaines et les introduira en enfer.

Ali rapporte que le Prophète a dit : Lorsque j'ai été emmené aux cieux lors de mon ascension, mon Dieu m'a révélé : « Ô Muhamed, J'ai observé la terre et je t'ai choisi pour que tu sois Prophète. J'ai tiré ton nom Muhamed du mien Mahmoud. J'ai observé une seconde fois la terre et j'ai choisi 'Ali pour en faire ton successeur, calife et époux de ta fille. Je l'ai également nommé de par mon nom. Je suis 'Ali-A'la et il est 'Ali. Et j'ai crée Fatima, Hassan et Hussein de vos lumières. A cette époque, j'avais présenté leur Wilayat (autorité divine) aux anges afin que quiconque l'accepte puisse se rapprocher de moi. Ô Muhamed, si l'un de mes serviteurs m'adore si ardemment que son corps fatigué devient plus friable que le Musc, et qu'il renie leur Wilayat (allusion aux sunnites), s'il vient à Moi, je ne l'introduirai pas au Paradis et il ne sera pas sous l'ombre de mon Trône. Ô Muhamed, veux-tu les voir ? »

J'ai répondu : « Oui, mon Seigneur. »  Allah, Tout Puissant me dit : « Lève ta tête. » J'ai donc levé ma tête et vu les lumières de 'Ali, Fatima, Hassan, Huseyn, Ali bin al-Husain, Muhammad bin Ali, Ja’far bin Muhammad, Musa bin Ja’far, Ali bin Musa, Muhammad bin Ali, Ali bin Muhammad, Hasan bin Ali et Muhammad bin al-Hasan al-Qaim. Et parmi ces lumières, il y en avait une plus brillante que les autres. J'ai demandé : « Mon Seigneur, qui est-ce ? »

 

Il me dit : « Ils sont les Imams, et il est le Qaim (le Mahdi) qui rendra le licite, licite et l'illicite, illicite. Et à travers lui, je me vengerai sur mes ennemies. Il sera source de réconfort pour mes amis. Il est celui qui accordera à vos partisans (les chiites) un répit sur les infidèles. Et il fera sortir Laat et Uzza (sobriquets pour désigner Abu Bakr et Umar) encore frais et les brulera. En effet, les épreuves qu'il fera subir aux gens seront plus difficiles que le veau du Samari. » (Shaykh as-Sadooq, Kamaaluddin wa Tamaamun Ni’ma, vol 1, p257)

Qu'Allah nous préserve de ces égarements


Chiite.fr | Email : ahlelbayt[a]live.fr | English Version