La prière des Chiites

 

Les ablutions des Chiites

« Ô les croyants! Lorsque vous vous levez pour la Salat, lavez vos visages et vos mains jusqu´aux coudes; passez les mains mouillées sur vos têtes; et lavez-vous les pieds jusqu´aux chevilles. » (Coran 5.6)

Concernant les ablutions, les Chiites observent seulement ce passage du Coran, c'est à dire qu'ils se lavent les mains, le visage, les avant-bras, ils passent les mains sur la tête et sur les pieds. Ils ne suivent pas la Sunna du Messager concernant les détails de l'exécution :

 

Les Chiites ne se rincent pas obligatoirement la bouche et le nez, pour eux, c'est seulement une option

D'après Yahya-ben-'Amr-El-Mâzini, qui tenait la chose de son père, un homme dit à 'Abdallah-ben-Zayd, le grand père de 'Amr-ben-Yahya : Peux-tu me montrer comment l'Envoyé de Dieu faisait ses ablutions ?
- Oui, certes, répondit 'Abdallah ben Zayd. Et il se fit apporter de l'eau, en versa sur sa main et la lava à deux reprises, puis il se rinça la bouche et le nez par trois fois. (...) (Sahih Bukhari)

Les Chiites ne ramènent pas leurs mains jusqu'à la nuque :

Abdullah ibn Zayd, qui décrit les ablutions du Prophète, rapporte : « Il s'était essuyé la tête avec ses mains et les a déplacées en avant et en arrière. Il a commencé par le devant de la tête et est allé vers la nuque puis il ramena les mains vers l'endroit d'où il était parti. » (Sahih Bukhari)

Les Chiites ne s'essuient pas les oreilles :

Selon Ibn `Abbas qui décrit les ablutions du Prophète : « Et il s'essuya la tête et les oreilles une seule fois ». Dans une autre version, il est dit : « puis il s'essuya la tête et entra ses deux index dans ses oreilles essuyant l’extérieur des oreilles avec les pouces et l'intérieur avec les index » (Abu Dawud)

Les Chiites ne se lavent pas entre les orteils et le talon :

Al-Mustawrid ibn Shaddad rapporte : « J'ai vu le Prophète passer l'eau entre ses orteils à l'aide de son petit doigt. » (Abu Dawoud)

Ibn 'Abbas rapporte que le Prophète a dit : « Quand tu fais tes ablutions, fais passer de l'eau entre tes doigts et entre tes orteils. » (Ahmad, At-Tirmidhi, Ibn Mâja)

'Abdallah-ben-'Amr rapporte : "Etant resté en arrière au cours d'un voyage, le Prophète nous rejoignit. Au moment de l'Asr, nous nous mîmes à faire nos ablutions et à frotter (simplement) nos pieds. Alors le Prophète, de sa voix la plus forte, s'écria à deux ou trois reprises : « Sauvez vos talons du Feu ! » (Bukhari)

 

L'adhan des Chiites

Lors de l'Azaan (appel à la prière), les muezzins Chiites proclament comme les musulmans, les deux témoignages qui sont :
« Ash-hado alla illaha illa Lah » (J'atteste qu'il n'y a de vraie divinité hormis Dieu).
« Ash-hado Anna Muhamadan Rassoollul Lah » (J'atteste que Muhammad est le Messager d'Allah).

Puis, ils ajoutent un troisième témoignage qui est :
« Ash-hado Anna 'Aliyan Waliu Lah » (J'atteste que 'Ali est le régent d'Allah)
« Ash-hado Anna 'Aliyan Hujatu Lah » (J'atteste que 'Ali est la preuve d'Allah)

Ces paroles n'ont jamais existé à l'époque du Prophète, ni des pieux predecesseurs. Les Chiites ont ajouté ces paroles au moment où ils ont créé le dogme de l'Imamat d'Ali qui consiste à croire qu'Ali est le seul réel successeur du Prophète. Donc par cette déclaration, ils sous-entendent que les califes qui l'ont précédé (Abu Bakr, Omar et Uthman) lui ont usurpé sa place.

Après avoir proclamé : « Hayya 'ala-s-Salat, Hayya 'ala-l-Falah » (Venez à la prière, Venez au Succès) les Chiites ajoutent :
« Hayya 'ala Khayri-l-'Amal » (Venez vers la meilleure action.)

Selon les Chiites, "la meilleure action" n'est pas la prière, mais le fait de reconnaitre 'Ali comme Successeur du Prophète. Renier son Imamat équivaut à l'annulation de toute prière, selon la secte.

La Prière

Voici une démonstration de la prière de l'Icha effectué par un jeune chiite afin d'illustrer les différences avec la prière musulmane.

Nous pouvons remarquer que :

1. Les Chiites disent à voix haute le premier verset de la Fatiha : « Bismi Allahi Ar-Rahmani Ar-Rahim »

Anas rapporte : « J'ai pratiqué la prière aux côtés du Messager de Dieu, Abou Bakr, 'Omar, et 'Uthmân et je n'ai entendu personne parmi eux réciter à voix haute : Bismi Allahi Ar-Rahmani Ar-Rahim. » (Sahih Muslim)

2. Les Chiites ne disent pas « Amin » après la récitation de la « Fatiha »

Abu Huraira rapporte que le Prophète a dit : « Quand l'imam dit âmîne, dites alors âmîne, car celui qui dit âmîne en même temps que les Anges se verra pardonner ses péchés précédents. » (Sahih Bukhari)

3. Les Chiites ne disent pas « Rabana wa laka l-Hamd » après « Samiha Lahu liman Hamidah »

Anas ibn Malik rapporte : Le Prophète tomba de cheval et fut blessé ; par conséquent, il dirigea la prière en position assise et nous avons également prié dans cette position. Lorsqu'il termina la prière, il dit : « L'imam doit être suivi. S'il dit le Takbir, alors dîtes le Takbir ; s'il s'incline, alors inclinez-vous ; s'il relève la tête, relevez la tête ; s'il dit : "Dieu entend celui qui le loue" (Sami‘a-l-Lahu liman hamidah), dites : "Seigneur ! A Toi les louanges !" [Rabbana wa laka-l-hamd] ; s'il se prosterne, prosternez vous. » (Sahih Bukhari)

4. Après une prosternation, les Chiites ajoutent en se relevant « Bi Hawli Laahi wa quwatihi, aqoomu wa aq'ud. » (Par la force d'Allah et sa puissance, je me lève et je m'assis.)

5. Avant l'inclinaison de la seconde Raka'at, les Chiites lèvent les mains et font une du'a : « Rabbana atina fi d-duny hassana, wa fî-l-akhirati hassanatan w-waqina `adhaba n-nar. »

6. Lors d'une inclinaison, les Chiites disent à voix haute : « Subhana Rabbi el-Adim wa bi-hamdih » suivi de trois fois « Subhana Lah. »

7. Lors d'une prosternation, les Chiites disent à voix haute : « Subhana rabbi l-a'la wa bi-hamdih », suivi de trois fois « Subhana Lah. »

8. Lors de la troisième et quatrième raka'at, les Chiites ne récitent pas la « Fatiha », mais ils disent trois fois « Subhana lah, wa l-Hamdulilah, wa La ilaha ila lah, wa Allah akbar. »

Les savants sont unanimes pour dire que la récitation de la Fatiha est une obligation à chaque unité de prière.

D'après 'Oubada Ibn Samit, l'Envoyé de Dieu a dit : « La prière de celui qui n'a pas récité Al-Fatiha n'est pas valable. » (Sahih Muslim)

Abdullah Ibn Abi Qatada rapporte : Mon père m'a dit : « Lors de la prière de Dohr, le Prophète avait l'habitude de réciter la Fatiha suivie d'une autre sourate dans les deux premières raka'at et il récitait seulement la Fatiha dans les deux dernières raka'at. » (Sahih Muslim)

9. Lors du Tachahoud de la fin de la prière, les Chiites ne dressent pas leur index, et ils disent : « Ach hadou alla ilaha illa llah, wa ach hadou anna Mohammadane 'abdouhou warassoulouh, Allahouma sali 'ala Mohammad wa 'ala ali Mohammad » (ils ne disent pas "Kama sallayta 'ala Ibrahim wa 'ala ali Ibrahim.")

Az-Zoubayr rapporte : « Lorsque le Prophète s'asseyait pour le tachahoud, il posait sa main droite sur sa cuisse droite et sa main gauche sur sa cuisse gauche. Il pointait son index et joignait son pouce à son doight (du milieu). » (Mouslim)

Ibn 'Abi Layla rapporte : Ka'b Ibn 'Ujra me rencontra et me dit : Ne veux-tu pas que je te fasse un cadeau ? L'Envoyé de Dieu était venu un jour vers nous et nous lui dîmes : "Ô Envoyé de Dieu, tu nous as enseigné comment il fallait te saluer; mais comment faut-il faire pour prier pour toi". Il répondit : Dites : Ô Allah, répands tes bénédictions sur Mohammad et sur la famille de Mohammad comme tu l'as fait pour Ibrahim et la famille d'Ibrahim. Certes tu es louable et glorieux. (Sahih Muslim)

10. Lorsque les Chiites terminent la prière, ils ne tournent pas leur visage à droite et à gauche pour dire le "Salam". Ils terminent la prière en disant trois fois « Allahu Akbar ».

Amir Ibn Sa'd  rapporte : « Je voyais le Prophète faire la salutation à sa droite puis à sa gauche jusqu'à ce que l'on voit la blancheur de ses joues. » (Sahih Mouslim)

 

Joindre les mains pendant la prière

Selon les Chiites, le fait de joindre les mains n'a pas existé au temps du Prophète et pour eux cette position est interdite. Ils doivent les allonger sur les côtés du corps.

D'après Sahl bin Sa'd : Les gens avaient pour ordre de mettre leurs mains droites sur leurs avant bras gauches durant la prière. Abu Hazem dit : Je savais que cet ordre venait du Prophète. (Bukhari)

Abdullah Ibn Mas'ud rapporte : Abu Uthman an-Nahdi dit : Lorsque Ibn Mas'ud priait, il placait sa main gauche sur sa main droite. Le Prophète l'a vu et lui plaça sa main droite sur sa main gauche. (Abu Dawud)

Hulb rapporte ceci d'après son père : L'Envoyé de Dieu a dirigé pour nous la prière en plaçant sa main droite sur sa main gauche. (Tirmidhi et Ibn Maja)

Tawus rapporte que l'Envoyé de Dieu posait sa main droite sur sa main gauche en les serrant sur sa poitrine pendant qu'il priait. (Abu Dawud)

Les Chiites prétextent que selon l'école Malikite, il n'est pas recommandé de joindre ses mains. Voici une explication des soeurs :

 

 

La Turbah de Kerbala

C'est un morceau d'argile séché qu'utilisent les Chiites pour poser leur front lors de la prosternation. Ils pensent que le sol de Karbala est la plus bénie du monde, du fait de la présence de la tombe de Hussein.

 

S'ils ne possèdent pas de Turbah de Karbala (Irak), les Chiites utilisent la Turbah de Mashhad (Iran), de Najaf, ou de Qum. En d'autres termes, les Chiites utilisent la terre où ils ont construits les mausolées de leurs Imams et leurs Saints, et cela est une innovation.


Inscription : Allah-Muhammed-Ali
Fatima-Hassan-Hussein

Qu'aurait donc pensé le Prophète et 'Ali en voyant des gens se prosterner sur leur noms ? Ils l'auraient fermement réprouvé.

Dis : "Mon Seigneur a commandé l´équité. Que votre prosternation soit exclusivement pour Lui. Et invoquez-Le, sincères dans votre culte. De même qu´Il vous a créés, vous retournez à Lui". (Coran 7.29)

 

La combinaison de prière

Allah dit : "Quand vous avez accompli la Salat, invoquez le nom d'Allah, debout, assis ou couchés sur vos côtés. Puis lorsque vous êtes en sécurité, accomplissez la Salat (normalement), car la Salat demeure, pour les croyants, une prescription, à des temps déterminés." (Coran 4.103)

"Soyez assidus aux Salats et surtout la Salat médiane; et tenez-vous debout devant Allah, avec humilité." (Coran 2.238)

Pour les musulmans, il est permis de combiner la prière de Duhr/Asr, Maghreb/l'Icha seulement en des circonstances particulières (voyages, pluie diluvienne, maladie grave) et des raisons valables. Quant aux chiites, ils le font à tout moment et sans aucune contrainte. Ils se basent sur une mauvaise interprétation de ce hadith :

Ibn Abbas rapporte : "Le Prophète combinait les prières de Zhour et de Asr, ainsi que les prières de Maghrib et d'Isha alors qu'il n'était pas en danger et qu'il n'y avait pas de pluie. On demanda a Ibn Abbas: "Pourquoi faisait-il cela?" Il [Ibn Abbas] répondit : "Il voulait lever la difficulté de dessus sa Oummah". (Sahih Muslim)

Les savants des différentes écoles de jurisprudence sont pratiquement unanimes à considérer que la combinaison des prières n'est permise que pour une raison valable. C'est ce qui explique pourquoi les juristes musulmans ont interprété ce Hadith de différentes façons. Ainsi, les hanbalites ont émis l'avis que le Prophète Mouhammad avait fait ceci pour cause de maladie.

Il est à noter que les juristes des autres écoles ont proposé de multiples autres interprétations pour expliquer ce Hadith. Parmi celle-ci, celle qui est considérée comme étant la plus plausible par de nombreux savants (comme Ibn Hadjar et Ach Chawkâni) est la suivante :

Dans le Hadith où Ibn Abbas relate que le Prophète a combiné les prières, il ne serait pas question d'une combinaison réelle ("djam' haquiqui"), c'est à dire de retarder une prière pour l'accomplir après son heure, mais d'une combinaison apparente ("djam' soûri") des deux prières : Suivant cette interprétation, ce que le Prophète aurait fait, c'est de retarder la première prière jusqu'à ce qu'il reste suffisamment de temps pour l'accomplir avant la fin de son heure et il l'aurait faite à ce moment. Après quoi, il aurait prié la seconde Salâh dès le début de son heure. C'est cette façon particulière et inhabituelle de prier qui aurait été désignée comme étant une combinaison des deux Salâh.

Concernant la prière de midi, Anas rapporte : "Le Prophète se hâtait à faire la prière dans ses premières heures s'il faisait froid, mais s'il faisait très chaud il attendait la fraîcheur pour accomplir la prière." (Bukhari)

Cette attente ne dépassait pas la limite du temps de la prière.

'Abdullah Ibn Mas'ud a dit : « J'ai demandé au Prophète : « Quelle est l'œuvre la plus aimée de Dieu ? » Il répondit : « La prière accomplit à son heure ». « Et ensuite ? » Il dit : « La piété filiale ». « Et ensuite ? » Il dit : « Le combat au service de Dieu ».

Quant aux Chiites, ils regroupent 'Asr juste après la prière de Duhr, et 'Icha juste après la prière de Maghreb ; ainsi les prières de 'Asr et 'Icha sont accomplies en dehors des périodes de temps que Gabriel a enseigné au Prophète.

 

Conclusion

Le Messager d'Allah a dit : Priez comme vous m'avez vu prier. (Bukhari) La secte chiite a absolument voulu se démarquer des musulmans en différenciant l'accomplissement de la prière.

La question que tout le monde se pose est pourquoi les chiites prient comme nous lors du pèlerinage à la mecque par exemple ?

Questions posées à l'Ayatullah Sistani :

- Il y a 1 mois que je suis devenu chiite et personne ne le sait. A la mosquée, est-ce que je peux faire taqïyya (dissimulation) et faire la prière comme les sunnites ?
Réponse : Vous pouvez faire la prière en commun avec les sunnites, mais vous devez réciter la sourate de Fâtiha et une autre sourate au fond de ton coeur (à voix basse).

- Est-ce qu’on peut faire la prière en commun pendant le temps du pèlerinage à la Mecque et à Médine avec les sunnites ?
Réponse : Il n’y a pas d’empêchement; mais on doit réciter la sourate de Hamd et une autre sourate à voix basse.

Donc un Chiite est autorisé à prier avec des Sunnites pour montrer qu'il fait bien parti des musulmans en apparence, mais dans son coeur, il pratique la taqiya. C'est à dire qu'il dissimule son appartenance au chiisme, par conséquent il refuse d'être dirigé dans la prière par la récitation de l'imam, et il a l'obligation de réciter sa propre prière à voix basse.


Chiite.fr | Email : ahlelbayt[a]live.fr | English Version